Angèle Koster: L’étrange voyage de Lino dans la Vienne

Angèle Koster

ISBN : 2847126104
Éditeur : Editions du Petit Pavé (11/06/2019)
Résumé :

Des enfants qui descendent d’un bus, avec sac à dos et chaussures de marche… Quoi de plus banal que des collégiens en voyage scolaire ? Oui mais, voilà…

Parmi eux, l’espiègle Lino va être entraîné, bien malgré lui, dans un univers, comment dit-on… insolite ?

L’Histoire, avec un grand « H », celle de la Vienne, lui ouvre ses portes, les vraies, celles pour qui, il faut une clé spéciale et que seules des petites créatures très futées, possèdent.

Si vous aimez l’aventure, l’Histoire et ses personnages, si vous ne craignez pas de vous trouver dans des situations parfois rocambolesques, alors suivez Lino et son équipe à la découverte des secrets de la Vienne.

Bibliographie: livres d’Angèle Koster

Nationalité : France
Né(e) à : Oran , 1946

Biographie :

Angèle Koster est un auteur français de romans et d’ouvrages régionaux.
En 1962, sa famille se fixe dans le Sud-Ouest. Depuis 1990, elle vit près de Poitiers, dans la Vienne.
Sa passion pour la lecture et la nostalgie grandissante de son pays natal la conduisent presque normalement vers l’écriture de son premier roman « Le Goût amer du laurier rose » édité par les Éditions du Petit Pavé, suivi de « Algérie, terre de silences ».
Les éditions Alan Sutton publient son premier ouvrage régional « Lussac-les-Châteaux et son canton », qui sera suivi d’autres ouvrages régionaux. Le dernier en date étant « Femmes dans l’Histoire : le Poitou-Charentes »
Elle est Présidente de la Société des Auteurs du Poitou-Charentes (SAPC).

http://www.petitpave.fr/petit-pave-auteur-angele-koster-68.html

Jacques Albert et Jacques Pirondeau: De ténébreuses affaires dans le Loudunais

De ténébreuses affaires dans le Loudunais

Saint-Clair juillet 1943

de Jacques Albert, Jacques Pirondeau

chez Editions Cédalion

Paru le 14/10/2017 | Broché 227 pages

Le Loudunais, au nord de la Vienne, a connu de 1940 à 1944, plusieurs mouvements de Résistance à l’occupation allemande. Dans cet ouvrage, Jacques Albert et Jacques Pirondeau démontent minutieusement une affaire qui s’est déroulée en juillet 1943 à Saint-Clair et qui les a conduits jusqu’en décembre 1948 avec l’exécution du dernier policier français collaborateur responsable des pires exactions, puis 1953, avec la condamnation du SS allemand qui a supervisé les rafles. Entre-temps, une évasion maquillée a été fomentée par l’occupant dans la prison de la Pierre Levée à Poitiers, un cadavre est repêché dans le Clain, un exécuteur, frère d’un membre du fameux groupe Manouchian est arrêté, ainsi qu’une quinzaine d’hommes de Saint-Clair et des environs, la plupart communistes. Deux sont fusillés par les Allemands, trois ne rentreront pas des camps de concentration, d’autres en sont revenus et ont porté toute leur vie les séquelles des tortures infligées.

Jacques Albert et Jacques Pirondeau se sont appuyés sur des dossiers des Archives départementales de la Vienne et des Archives nationales de la Justice militaire, ainsi que sur les témoignages et documents confiés par les enfants des victimes.

Un livre témoignage qui peut se lire comme un véritable roman policier. Même si les Allemands sont omniprésents, les morts appartiennent tous aux deux parties de la France fracturée d’alors.

https://www.lalibrairie.com/livres/de-tenebreuses-affaires-dans-le-loudunais–saint-clair-juillet-1943_0-4750260_9791096617067.html

Cliquer pour accéder à de-tc3a9nc3a9breuses-affaires-dans-le-loudunais.pdf

 

José Altimiras & Guy Marcenac: Central Hôtel

Bande dessinée

http://www.interzoneeditions.net/central_hotel.htm

Perpignan, août 1944, la canicule règne. Là, dans la solitude des chambres du Central Hôtel, les corps s’abandonnent à leurs instincts. Pour les clients réunis par hasard dans cet hôtel, l’heure de vérité approche. Dehors, dans les ruelles de la vieille ville, les ombres sinistres de la Gestapo rodent…

André Héléna est un des principaux acteurs du roman noir français d’après-guerre. Né le 7 avril 1919 à Narbonne, il est profondément marqué par les années de guerre. C’est à Paris, en prison pour dettes, qu’il va écrire son premier roman : « Les flics ont toujours raison », publié en 1949 par Roger Dermée, l’éditeur de la rue des Moulins. Auteur prolifique, plus d’une centaine de romans populaires, il s’épuise à la tâche. Gagné par la maladie il meurt à Leucate le 18 novembre 1972.

Une première adaptation de « Les Clients du Central Hôtel » d’André Héléna a été publiée en 2002 chez Voix Editions en version bilingue, sous le titre « Central Hôtel », illustrations : José Altimiras, scénario: Guy Marcenac, traduction catalane: Joan-Daniel Bezsonoff.

Après « Le Taxidermiste », adapté du roman du même nom de Darnaudet-Daurel publié aux éditions Corps 9 (1985), « Central Hôtel » est la deuxième bande dessinée de José Altimiras publiée par Interzone Editions. Il vit et travaille en Catalogne et a publié d’autres ouvrages (« Entre Gener i Desembre » Ed. Rescripta – « Fora de Lloc » Ed. Trabucaire – « Rodamons » Ed. Trabucaire).

Monique Boissinot: Le récit d’un prisonnier de guerre

Se souvenir de nos prisonniers de guerre 39-45 est un devoir de mémoire, commence Monique Boissinot, pour présenter le livre de son père, René. Un poignant récit biographique d’un prisonnier, qui raconte sa captivité dans un stalag, en Prusse orientale, entre mai 1940 et janvier 1945.
René Boissinot a 18 ans quand il s’engage, le 7 juin 1938, au 65e régiment d’infanterie. Fait prisonnier le 23 mai 1940 à Boulogne, il est embarqué vers la Prusse orientale, à Sensburg (aujourd’hui Mragowo en Pologne), où il passera cinq longues années dans un Kommando (unité de travail pour les prisonniers de guerre). Les conditions de vie y sont difficiles, car les Prussiens détestent les Français. L’amour et l’amitié lui permettront de survivre, malgré l’horreur et le désespoir. Délivré le 27 janvier 1945 par les Russes, René Boissinot ne revient à Marseille que le 19 mai, après un long périple à pied et en train. Arrivé à la retraite en 1980, René Boissinot décide d’écrire ses mémoires. Sa fille nous montre ses manuscrits, enrichis de citations littéraires, de dessins et de photos d’époque. Le travail est particulièrement documenté. « Je ne suis pas un écrivain dans l’âme, seulement un quelconque gazetier, témoignant de mon vécu, parfois avec courage, parfois avec la frousse aux fesses, mais toujours avec humilité », écrit l’auteur. René Boissinot décédera en 2003. Il souhaitait que son livre soit publié après sa mort, par respect pour ses amis, encore vivants. Les 438 pages de « Les très riches heures d’un Français anonyme, la vie dans un kommando en Prusse-orientale » ont été publiées en 2016.
Pour se procurer le livre, contacter Monique Boissinot au 02.47.26.60.92 ou monika.boissinot@gmail.com

Dieudonné Zélé

https://www.academie-angoumois.org/Dieudonne-Zele

Romancier et poète.
Né en 1944 à Dongou (Congo). Après des études à la faculté des Lettres et Sciences humaines de l’université de Bordeaux et avoir retrouvé la nationalité française (perdue du fait de l’accès à l’indépendance de son pays d’origine, le Congo Brazzaville), il a été professeur d’anglais au lycée Sainte-Marthe à Angoulême.

Il est l’auteur de romans où se mêlent :
- l’Afrique et l’exil : La Feuille morte (L’Harmattan. 2001), Les tribulations de n’Doumbé (Société des écrivains. 2003),
- la Guyane, ses nègres marrons et ses problèmes d’identité : Marie Passoula (L’Harmattan. 2001, Prix du Haut Poitou. 2004),
- la guerre d’Algérie et l’attachement religieux : Le disparu de Lourdes (Société des écrivains. 2002).

Il a publié aussi une Grammaire anglaise en trois volumes (BPI 2003) et deux recueils de poèmes :Variations sur un air du temps (Société des écrivains. 2003) et Le survivant (2013, 1er prix de poésie de la Société des écrivains de Poitou-Charentes. 2014 – Photo).

Par ailleurs, il a donné des conférences à l’Académie d’Angoumois sur le contexte de son roman Marie Passoula, sur la littérature africaine partagée entre des langues régionales et les langues issues de la colonisation : l’anglais et le français, sur la saga des Noirs : de la plantation à la Maison Blanche.

Sa sensibilité particulière comme son approche de l’Afrique et de la francophonie apportent à l’Académie d’Angoumois un autre regard sur la culture française.
Élu le 18 novembre 2013.

Louis Delavault: Les us et coutumes de la vie américaine

Ancien journaliste sportif et correspondant de presse, Louis Delavault, né en 1933, est un autodidacte qui adore lire et surtout écrire. Louis Delavault vient de publier, en mai 2012 aux Editions Edilivre, un témoignage sur ses huit mois de rappelé en Algérie en 1956 : La pacification d’une guerre . Il fut lauréat du prix littéraire Charles Antonin en 2005. Il est correspondant de presse pour un magazine sportif national et rédacteur dans plusieurs périodiques et bulletins d’associations.

Michel Aubert: Train sanitaire 529-Voyage en zone libre, Interzone Editions

http://www.interzoneeditions.net/train_sanitaire.htm

Retranscription: Isabelle AUBERT

Édition illustrée, imprimée sur bristol.  ISBN: 979-10-94889-02-2

Dépôt légal: juin 2019 – Prix: 7 €

Édition électronique PDF gratuite

Format: 21 x 29,7 cm – 22 pages

Pour une économie non-aristotélicienne